Cienco

De Wikipedio
Irez ad: pilotado, serchez
R Puzzle.png
Ca artiklo bezonas gramatikala revizo. Ka tu povas helpar ni en la revizo?
Besoin de traduction   Ica artiklo bezonas tradukuro (totale o parte). Se vu savas la linguo ke lu skribesis pri, ne hezitesas, tradukez! Danko pro vua laboro.
Alegorio di cienco per Jules Blanchard. Situita sur la vestibulo di municipala domo di Paris.

Cienco (latino scientia, "konoco") esas "to qua on savas por havar lernita, to quo tenas por vero en larja senco, l'ensemblo di konocaji, di studiadi kun universala valoro, karakterizita per objekto (domeno) e determinita metodo, e fondita sur objektala verifikebla relati [restriktita senco]".

La volado di savanta komuneso, garantianto di cienci, esas produktar "ciencala konocaji" de metodi kun rigoroza, verifikebla e riproduktebla inquestadi. Pri "ciencala metodi" e "ciencala valori", esas amba la produkto ed l'utensilo di produkturo di konocaji e karakterizas ipsa per lua skopo, qua konsistas a permisar komprenar ed explikar la mondo e sua fenomeni take ke la maxim elementala posibla — to esas produktar di konocaji proximesanta la maxim posibla di fakti observebla. Diverse kam dogmati, qua pretendas anke dicar la verajo, cienco esas apertita a kritikado e ciencala konocaji, same kam la metodi esas sempre apertita a revizo. Plus, la cienci havas por skopo komprenar la fenomeni, ed obtenar justa previzi ed funcionala aplikaji, lua rezulti esas sencese konfrontita ad la realajo. Ta konocaji esas a la fundamento di multa teknikala developi kun forta influo sur la socio.

Cienco esas historala ligita a filozofio. Dominique Lecourt skribis tale existas "konstitucanta ligilo liganta a cienci ta partikulara modo for pensar ke esas filozofio. Ta esas tre nam pro ke kelka pensanti en Ionia quik de 7 aK havis l'ideo ke on povus explikar la naturala fenomeni pro naturala kauzi qua havabis produktita l'unesma ciencala konocaji". Dominique Lecourt explikas tale ke l'unesma filozofi adduktis facar cienco (sen ke la du esus konfundita.

Cienco komposas su di ensemblo di partikulara diciplini di qua omna koncernas uno partikulara domeno di ciencala savado. Questionesas per exemplo matematiko, kemio, fiziko, biologio, mekaniko, optiko, farmacio, astronomio, arkeologio, ekonomiko, sociologio, e.c. Ta kategorizeso* esas nek fixa, nek unika, e la ciencala diciplini pouvas ipsa esar distranchata en subdiciplini, anke di maniero plu o min konvencionala. Singlu di ta diciplini konstitucas partikulara cienco.

Indexo

Quale funcionas la cienco?[redaktar | edit source]

Cienco esas la ver-asimptoto:

  1. quale: la sistematika sercho ed aquiro di severa konocaji pri l'objekti ed mondo qua ni cirkondas,
  2. la determineso di domeno di projekto,
  3. l'organizo ed sintezeso di konocaji per la metodo di generala principi a priora (teorii, yuri, mezuri, metodi, ...)
  4. la difuzeso di demarshuri.

Cienco esas tale unesme taliago di realo en multi domeni dil inquesti, qua formacas ensemblo plu o min organizata d'ideala universa konoci. Per lia organizeso e lia tendanco al universata, to ecelas del experienco (termino a nekonfundar kon experimentado) ke esas di konoci ke koncernas ke l'individui o la partikulara kazo, e qua on povas renkontrar segun la chanco ica qua interdiktas multa generalata. Esas anke nomas cienco la metodika demarsho per aquirar ed organizar ica konoci.

Cienco neproduktas absoluta vereso, e to povas explikar su per sua esenco mem de inquesto en tela feldo di realo : olu esas nedependanta de sua objekto, ke olu investas tam ke tala ; olu ne povas do produktar qua relatanta veresi.

Historio[redaktar | edit source]

Exquisite-kfind.png Videz anke: Historio di cienco.
Animeso montras la movado di kontinenti de la separo di Pangaeo* en prehistorala evi.

Cienco en larja senco existis ante moderna areo, ed en multa historiala civilizesi. Moderna cienco esas distinta en sua aprocho e sucesanta en sua rezulti: 'moderna cienco' nuna definas qua cienco esas en la maxim senco di la termino. Multa frua ke la moderna evo, altra importanta punto decidiganta esis la developado di klazika naturala filozofio en antiqua grekia-parolanta mondo.

Pre-filozofiala[redaktar | edit source]

Cienco en lua originala senco esas vorto por tipo di konoco (Latina scientia, Antika Grekia epistemē), plu kam specaligita mondo por la persequo di ta konoco. Specifika esas uno di la tipi di savo qua populo povas komunikar l'uni l'altri e partigar. Por exemplo, konoco pri l'explotajo di naturala kozi esis komprenita longa ante registragita historio e duktas a la developado di komplexa abstrakta pensado. To esas montrita da la konstrukto di komplexa kalendarii, tekniki por transformar venenoza planti manjebla, tale ke la piramidi. Tamen ne konsequema koncienco distingo esis kreita inter konoco di tale kozi qua esas vera en omna komunesa konoco, tale ke mitologii e legala sistemi.

Filozofiala studio di naturo[redaktar | edit source]

Aristoteles, 384aK til 322 aK, - uno di frua figuri di developado di ciencala metodo[1].

Ante l'invento o la deskovro di koncepto di "naturo" (antiqua Grekia phusis), per presokratala filozofi, la sama vorti tendencas esar uzita por deskriptar la naturala "voyo" en qua planto kreskas, e la "voyo" en qua, por exemplo, uno tribuo adoras partikulara deo. Por ta kauzo esas alegita ta homi esis l'unesma filozofi en la strikta senco, ed anke l'unesma populo a klare dicernar "naturo" e "konvenciono". Cienco esis do distingita kam la konoco di naturo, e la kauzi qua esas vera por omna komuneso, e la namo di la specaligita persequo di tala savo e filozofio — la rejio dil unesma filozofo-fizikisti. To esas precipua spekulanti o teoristi, partikulare interestita en astronomio. Kontree, esforcanta uzar konoco di naturo por imitar naturo (artifico or teknologio, Grekia technē) esis vidita per klasika ciencisti kom plu apta intereso por basa klaso artizani. Preciza distinguo inter formala (eon) ed empirikala cienco (doxa) esis facar per presokratala filozofo Parmenides (lasta 6 o frua 5 aK). Quankam ta laboro peri physeos esas poemo, povas esar vidita kam epistemologiala esayo, verketo pri metodo en naturala cienco. Parmenides "ἐὸν" povas referar a formala sistemo, kalkulo qua povas deskribar naturo plu precisa kam naturala lingui. "Fizis" povas esas identa ad ἐὸν.

Importanta punto decidiganta en la historio di frua filozofiala cienco esis la debatebla ma sucesanta atento per Sokrates por aplikar filozofio a la studio di homala kauzi, inkluzite homala naturo, la naturo di politika komunezi, e homala konoco. Il kritikis l'anciena tipo di studio di fiziko kom pure teoriala e manquanta en su kritikala. Il esis partikulare koncernita ke kelka di frua fizikisti traktis naturo kom se lo povas esar asumita qua havas ne inteligenta ordeno, explikanta kozi simpla en termini di movado e materio. Sokrates aplikis filozofio por studiar homala kozi, inkluzite homala naturo, politiko ed homala konoco. Ante Sokrates, la studio pri homala kozi esis feldo por mitologio e tradiciono, e pro lia diferanta koncepto, Sokrates judiciesis e kondamnesis a mortopuniso.

Aristoteles pose kreis min debatebla sistemala programo di Sokrates filozofio, qua esis teleologiala, ed homala centrita. Il refuzas multa di konkluzi di frua cientisti. Por exemplo en lua fiziko la suno iras cirkum la tero, e multa kauzi havas lo kom parto di lua naturo qua lo esas por homi. Omna kauzo havas formala kauzo e finala kauzo e rolo en la racionala kosmala ordeno. Movado e chanjo esas deskriptita kom l'aktualigo di potenciali ja en kauzi, segun a tipo di kauzi. Dum ke la Sokratani insistas ke filozofio devas esar uzita por konsiderar la praktikala questiono di la maxim bona voyo por vivar por homo (studio Aristoteles dividita en etiko e politikala filozofio), lu ne argumentas por irgo tipi di aplikita cienco.

Filozofiala jiro a homala kozi[redaktar | edit source]

Mezepoka cienco[redaktar | edit source]

Ibn al-Haytham (Alhazen), 965-1039 Irak. La Mohamedano erudito qua esas konsiderata da kelku esar la patro di moderna ciencala metologio pro sua emfazo pri experimentala datumi e riproduktebla di sua rezulti.
De potentiis anime sensitive, Gregor Reisch (1504) Margarita philosophica Mezepoka cienco debatis ventrikulo di cerebro kom la loko di nia komuna raciono, ube la formi di nia sensala sistemi intermixas.

Dum lasta antiqueso e frua mezepoquo, Aristotelala aprocho a inquesti pri naturala fenomeni uzesas. Kelka antiqua konoco esis perdita, o en kelka kazi konservita en obskureso, dum la falado di roman imperio e periodala politikala lukti. Tamen, generala feldi di cienco, o naturala filozofio kam lo esis nominita, e multa di la generala konoco de antiqua mondo restis prezervita tra la verki di frua latina enciklopedi kam Isidore de Seville. Anke, en Bizancana Imperio, multa grekia ciencala texti esis prezervita en siriac translaci facita per grupi tale kam nestoriani e monofiziti. Multo di to esis tradukita posa en araba sub Kalifato, dum qua multa tipi di klasika lerno esis prezervita ed en kelka kazi plubonigita. La hemo di sajeso, esis establisita en Abbasid-ero Bagdad, Irak. Esas konsiderita esabar importanta intelektala centro, dum islama orea evo, ube Mohamedani lernanti kam al-Kindi ed Ibn Sahl en Bagdad, ed Ibn al-Haytham en Kairo, prosperis de 9 til 13ma yarcenti, til Mongol spolias Bagdad. Ibn al-Haytham, konocita posa en Westo kam Alhazen, plusis aristolata vidopunto, per emfazanta experimentala datumi e la riproduktebla di ta rezulti. En lasta medepoka periodo, kom demando por tradukto augmentas, por examplo de Toledo skolo di traduktisti, westa europeani komencis kolektar texti skribita ne nur en latina, ma anke latina traduti de grekia, araba e hebrea. La texti di Aristoteles, Ptolemaeus ed Euklid prezervita en la hemo di sajeso, esis querita inter katolika lernanti. En Europa, De Aspectibus de Alhazen direte influis Roger Bacon (13ma yarcento) en Angla, qua argumentis por plu experimentala cienco, kam demonstrita da Alhazen. Lor lasta mezepoko, sintezo di katolikismo ed aristotelianismo konocita kom skolastikismo esis prosperita en westa Europa, qua havis divenir nova geografiala centro di cienco, ma omna aspekti di skolastikismo esis kritikita dum 15 e 16ma yarcenti.

Renesanco, e frua moderna cienco[redaktar | edit source]

Galen (129 til c.216) notis l'optikala kiasmo esas X-formo. (Graburo de Vesalius, 1543).
Avana pagino di 1572a latina Opticae Thesaurus (optikala kaserio), qua inkluzis libro di optiko di Alhazen, prizentanta propago di lumo, pluv-arki, parabola speguli, distortita imaji kauzita da refrakto en aquo, e perpesktivo.

Mezepoka cienco adoptas la vidopunti di helena civilizeso di Sokrates, Plato ed Aristoteles, kom montrita da lasta verko di Alhazen. Libro en qua lu havas rezumita cienco di optiko de la du libri di Euklid e Ptolemeus, a qua me havas adjuntas la nocioni di l'unesma diskurso qua esas manquita de libro di Ptolemeus de katalogo di Ibn Abi Usaibia, kam nominita en (Smith 2001),p.xv Alhazen konkluzante refutas teorio di vidado di Ptolemeus.

Uzado di optiko per Dürer (1525).

Ma Alhacen retenis ontologio di Aristoteles; Roger Bacon, Witelo, e John Peckham omna konstruktis skolastika ontologio de libro di optiko di Alhazen, kauzala kateno komencit kun sensado, percepto, e laste perceto di amo di individuo ed universala formi di Aristoteles. Ta modelo di vidado divenis konocita kom perspektivismo, qua esis explotita e studiita da l'artisti di Renesanco.

A. Mark Smith indikas la perspectivista teorio di vidado "esas remarkinde spariva, racionala e koheriva". qua pivotagas en tri di quar kauzi di Aristoteles, formala, materiala, e finala. Quankam Alhacem konocis ke ceno imaginita tra aperturo esas inversigita, il argumentas ke vidado esas pri percepto. To esis subversita da Kepler, qua modelita l'okulo kun aquo-plenigita vitrosfero, kun aperturo avane di to por modelar l'enireyo pupilo. Il trovas ke la tota lumo de singla punto di la ceno esis imajita a singla punto en posa di vitrosfero. L'optikala kateno finas en la retino dopa di okulo e l'imajo esas reversita. Kopernikus formuligis heliocentrala modelo di solara sistemo dessimila la heliocentrala modelo di Almagest di Ptolemeus.

Galileo esas konsiderita uno di patri di moderna cienco.[2]

Kopernikus formuligis heliocentrala modelo di solara sistemo dessimila la geocentrala modelo di Almagest di Ptolemeus.

Galileo facis noviganto uzado di experimento e matematiko. Quankam lua persekuto komencis pos papo Urban 8ma benedikis Galileo por skribar kopernikala sistemo. Galileo havabas uzita argumenti de la papo e metas lo en la voko di la stulto en la verko "Dialogo koncernanta la du precipua mondala sistemi" qua produktas granda ofenso a lu.

En Nord-Europa, la nova teknologio di imprimomashino esis larje uzita por editar multa argumenti inkluzanta kelka qua diferas de eklezio dogmato. René Descartes e Francis Bacon editis filozofiala argumenti por nova tipo di nearistotala cienco. Descartes argumentis ke matematiko devas esar uzita pro studiar naturo, kam Bacon emfazis l'importo di experimento super kontemplado. Bacon questionis l'aristotela koncepti di formala kauzo e finala kauzo, ed avancigis l'ideo ke cienco devas studiar la legi di 'simpla' naturi, tale ke kaloro, prefere ke supozita esas ula specifika naturo, o 'formala kauzo', di omna komplexa tipo di kozo. Ta nova moderna cienco komencas vidar ipsa kam deskriptanta 'legi di naturo'. Ta aktualiga aprocho a studii en naturo esabas vidado kam mekanika. Bacon ake argumentis ke cienco devas aspirar por l'unesma foyo a pratikala invenuri por plubonigo di omna homala vivo.

Racion-epoko[redaktar | edit source]

Dum 17 e 18ma yarcenti la projeto di moderneso, e havabas publikigita da Bacon e Descartes, duktis a rapida ciencala avanco e sucesoza developo di nova tipo di naturala cienco, matematikala, metodoze experimentala ed intence noviganto. Newton e Leibniz sucesis en developo nova fiziko, nuna referita a newtoniana fiziko, qua povas esas confirmesita da experimento ed explikita uzanta matematiko. Leibniz anke inkluzata termini de aristoteliana fiziko, ma anke esanta uzita en nova neteleologiala voyo, por examplo "energio" e "potenciala" (moderna versioni di aristoteliana "energeia e potentia"). En la stilo di Bacon, il asumis ke diversa tipi di kauzi omni agas segun la sama generala legi di naturo, kun ne specala formala o finala kauzi por omna tipo di kauzo. Esas dum ta periodo ke la vorto "cienco" gradope divenas plu komune uzita por referar a tipo di persequo di tipo di konoco, specale savo di naturo — divenas proxim en signifiko di anciena termini "naturala filozofio".

19ma yarcento[redaktar | edit source]

Charles Darwin en 1854, dum laboranta en preparo di Pri l'origino di speci.

Amba John Herschel e William Whewell sistemizita metodologio: la lasta vortifis la termino ciencisto-. Kande Charles Darwin editis De origino di specii il konstatis decendo kun modifiko kom la precipua evolucionala expliko di biologiala komplexeso. Lua teorio di naturala selektado furnisis naturala expliko quale specii originita, ma ta nur ganis larje acepto pos yarcento. John Dalton developis l'ideo di atomi. La legi di termodinamiko e la teorio di elektromagnetismo esis anke establisita dum 19ma yarcento, qua aparigis nova questioni qua ne povas esar facile satisfacar uzanta kadro di Newton. La fenomeno qua povas permisar l'analyzo di atomo esis deskovrita dum la lasta yardeko di 19ma yarcento. la deskovro do X-rayi inspiris la deskovro di radioaktiveso. Dum la sequanta yaro venis la deskovro di unesma subatomala partikulo, l'elektrono.

Kombusto e kemiala reakti esis studita da Michael Faraday e reportita en lua lekti avane la royala institucuro: La kemiala historio di kandelo, 1861.

20ma yarcento e pose[redaktar | edit source]

Simulita evento en CMS detektoro di Larja hadrono kolizionilo, prizanta posibla aparo di Higgs bozono.

Teorio di relativeso per Einstein e la developado di quantika mekaniko duktas a la remplaso di newtonala fiziko per nova fiziko qua kontenas du parti, qua deskriptas diversa tipi di eventi en naturo.

Dum l'unesma duimo di yarcento la developado di artificala sterko facas posibla globala homala populo multigo. Dum la sama tempo, la strukturo di atomo e lua nukleo esas explikita, duktanta a liberigar di "atomala povo" (nukleala povo). Pluse, l'extensala uzado di ciencala novigo, stimulita da la militi di ta yarcento, duktas a antibiotiki e augmentita viv-esperajo, revolucioni en transportado (automobili ed aeroplani), e la developado di fuzei, spaco konkurenco, e nukleala armi konkurenco— omna donanta larja publika evaluo dil importo di moderna cienco.

Difuzita uzo di integraligita cirkuiti en la lasta quarimo di 20ma yarcento, kombinita kun komunikala sateliti, duktas a revoluciono en informo teknologio, e l'augmento di globala interreto e nefixa informatiko, inkluzite orditelefonili*.

Plu recente, havabas arguita ke la lasta skopo di cienco esas facar senco di homi e nia naturo - por exemplo en lua libro Consilience, EO Wilson dicas "la homala stando esas la maxim importanta extremajo di naturala cienci".

Ciencala komuneso[redaktar | edit source]

La ciencala komuneso esas la grupo di interaganta ciencisti. Inkluzas multa subkomunesi laboranta pri specala ciencala feldi, ed en specala institucuri; interdiciplinala ed interinstitucala agesi esas anke signifikiva.

Ciencala feldi[redaktar | edit source]

Ciencala feldi esas ordinare dividita en du precipua grupi: naturala cienci, qua studias naturala fenomeni (inkluzanta biologiala vivo), e sociala cienci, qua studias homala konduto e socii. Ta grupi esas empirikala cienci, qua signifikas la konoco devas esar apogita de observebla fenomeni e kapabla por esar probar por sua valideso per altra ciencisti laboranta sub la sama kondicioni. Esas anke relata diciplini qua esas grupita en interdiciplinala aplikita cienci, tale ke injeniorarto e medicino. En sua kategorii esas specaligita ciencala feldi qua povas inkluzar parti di altra ciencala diciplini ma ofte posedas lua propra nomenklaturo ed expertizo.

Matematiko, qua esas klasifikita kam formala cienco, havas amba similesi e diferi kun empirikala cienci (naturala e sociala cienci). Esas simula a empirikala cienci en qua lo involvas objektala, sorgema e sistemala studio di areo di konoco; lo esas diferanta nam di sua metodo di verifikar sua konono, uzanta apriorie prefere ke empirikala metodi. La formala cienci, qua anke inkluzas statistiko e logiko, esas esenca a empirikala cienci. Majora avanci en formala cienco havas ofte duktas a majora avanci en empirikala cienci. La formala cienci esas esenca en la formaco di hipotezo, teorii, e legi, amba en deskovrado e deskripto quale kozo laboras (naturala cienco) e quale populo pensas ed agas (sociala cienci).

Aparte de lua larja senco, la vorto "cienco" kelkafoye povas specale referas a fundamentala cienci (matematiko e naturala cienci) sola. Ciencala skoli o fakultati en multa institucuri esas separata de ta di medicino o injeniorarto, qua esas aplikita cienco.

Institucuri[redaktar | edit source]

Erudita societi por komunikado ed avanco di ciencala pensado ed experimentado existabas depos renesanco periodo. La maxim anciena survivanta institucuro esas italian accademia dei Lincei qua fondesis en 1660. Rispektiva nacionala akademii di cienco esis famoza institucuri qua existis en multa landi, komence la British Royal Society en 1660 e pose la Franciana Académie des Sciences, en 1666.

Internacionala ciencala institucuri, tale Internacionala konsilantaro por cienco, havabas depos formacita pro stimular kunlaborar inter ciencala komunesi di diversa nacioni. Multa guvernerii havas dedikita agenterii pro suportar ciencala serchado. Eminenta ciencala organizuri inkluzas, National Science Foundation en Usa, nacionala ciencala e teknikala serchado konsilantaro en Arjentina, akademii di cienco en multa landi: "CSIRO" en Australia; Centre National de la Recherche Scientifique en Francia; Max Planck Society e Deutsche Forschungsgemeinschaft en Germania; ed en Hispania, CSIC.

Literaturo[redaktar | edit source]

Enorma ranga di ciencala literaturo esas editita. Ciencala jurnali komunikas e dokumentizas la rezulti di serchado efektigas en universitati e diversa altra serchado institucuri servanta kam arkivala registro di cienco. L'unesma ciencala jurnali, Journal des Savants sequita da Philosophical Transactions, komencas editar en 1665. Depos ta tempo la totala nombro di aktiva revui havas konstante kreskita. En 1981, uno evaluo por la nombro di ciencala e teknikala jurnali en edituro esis 11,500. United States National Library of Medicine currently indexas 5,516 jurnali qua kontenas artikli pri temi di vivanta cienci. Quankam la jurnali esis en 39 lingui, 91 per cent di indexita artikli esis editita en Angla.

Maxim multa ciencala jurnali traktas singla ciencala feldo ed editas la serchado en ta feldo; ta serchado esas kustume expresita en la formo di ciencala papero. Cienco divenas tante invadema en moderna socii ke esas generale necesa komunikar plenigi, informi ed ambicii di ciencisti a larja populo.


Rezonado ciencala[redaktar | edit source]

Tipo formala pura[redaktar | edit source]

Exquisite-kfind.png Videz anke: Logique.

Segun Immanuel Kant formala logiko esas "cienco qua expozas detale e provas en strikta maniero, unike la formala reguli di omna pensaji". Matematiko e formalizita logiko kompozas ta tipo di rezonado. Ta klaso apogas su cetere sur du principii konstitucanta di formala sistemi: axiomo e deduktema reguli tale ke notion di silogismo, expresita per [[Aristoteles] l'unesma[3] e ligita a "deduktala rezonado" (on parolas anke de rezonado "hipotezala-deduktala"), qua il expozas en sua Topikiref>Aristote, Topiques, Tome 1, Livre I-IV, texte traduit par J. Brunschwig, Les Belles Lettres, Paris, 1967.</ref> ed en sua traktato pri logiko: l'analytiki.

Koncernesas anke tipo qua esas la maxim adequata a la realajo, to qua havas facita sua pruvi, per tekniko note. La klefovorto di formala pura tipo qua esas la demonstro to ne povos derivar en la studita sistemo irga propozo. En altra termini, ne koncernas propre dicita rezono pri l'objekto ma bona prefere metodo por traktar la fakti meze ciencala demonstri e koncernanta propozi e postulati.

On distingue ainsi dans ce type deux disciplines fondamentales :

  1. la logique de la déduction naturelle ;
  2. la logique combinatoire.

Le type formel fut particulièrement développée au Shablono:XXe siècle, avec le logicisme et la philosophie analytique. Bertrand Russell développe en effet une « méthode atomique» (ou atomisme logique) qui s’efforce de diviser le langage en ses parties élémentaires, ses structures minimales, la phrase simple en somme. Wittgenstein projetait en effet d’élaborer un langage formel commun à toutes les sciences permettant d'éviter le recours au langage naturel, et dont le calcul propositionnel représente l'aboutissement. Cependant, en dépit d'une stabilité épistémologique propre, a contrario des autres types, le type formel pur est également largement tributaire de l'historicité des sciences[4]

Tipo empirikero-formala[redaktar | edit source]

Exquisite-kfind.png Videz anke: Empirisme.

Le modèle de ce type, fondé sur l'empirisme, est la physique. L'objet est ici concret et extérieur, non construit par la discipline (comme dans le cas du type formel pur). Ce type est en fait la réunion de deux composantes :

  • d'une part il se fonde sur la théorique formelle, les mathématiques (la physique fondamentale par exemple) ;
  • d'autre part la dimension expérimentale est complémentaire (la méthode scientifique).
Expérience démontrant la viscosité du bitume.

Le type empirico-formel progresse ainsi de la théorie — donnée comme a priori — à l'empirie, puis revient sur la première via un raisonnement circulaire destiné à confirmer ou réfuter les axiomes. Le « modèle» est alors l'intermédiaire entre la théorie et la pratique. Il s'agit d'une schématisation permettant d'éprouver ponctuellement la théorie. La notion de « théorie» est depuis longtemps centrale en philosophie des sciences, mais elle est remplacée, sous l'impulsion empiriste, par celle de modèle, dès le milieu du Shablono:XXe siècle[note 1]. L'expérience (au sens de mise en pratique) est ici centrale, selon l'expression de Karl Popper : « Un système faisant partie de la science empirique doit pouvoir être réfuté par l'expérience» [5].

Parmi les sciences empiriques, on distingue deux grandes familles de sciences : les sciences de la nature et les sciences humaines. Néanmoins, l'empirisme seul ne permet pas, en se coupant de l'imagination, d'élaborer des théories novatrices, fondées sur l'intuition du scientifique, permettant de dépasser des contradictions que la simple observation des faits ne pourrait résoudre[note 2].

Il existe néanmoins des débats quant à la nature empirique de certaines sciences humaines, comme l'économie[note 3] ou l'histoire, qui ne reposent pas sur une méthode totalement empirique, l'objet étant virtuel dans les deux disciplines.

Tipo interpret-arto[redaktar | edit source]

Exquisite-kfind.png Videz anke: Herméneutique.

Cienci interpret-artala (de grekia hermeneutikè « arto di interpretar ») dechifras la naturala signi ed establisas interpreti. Ta tipo di ciencala diskurso esas karakteriziva di homala cienci, ube l'objekto esas homo. En metodo interpret-artala, la videbla efekti esas konsiderita kam texto a dechifrar, kun la signifiko celata. Fenomenologio esas tale filozofiala explikado la maxim proxima di ta tipo, qua kolektas, inter altri, sociologio, linguistiko, ekonomiko, etnologio, ludoteorio, e.c. Povas koncernar de lore di du kategorii di diskurso:

  1. l'unesma intenco esas lor l'objekto interpret-artala, exemplo: en psikologio;
  2. l'interpreto esas anke posibla : teorio previdas fenomeni, simulas la relati e l'efekti ma l'objekto permanas nevidebla (kazo di psikoanalizo).

Relate a du altra formala tipi, ciencala statuto di tipo interpret-artala esas kontestita per la championi di cienco matematikala, nominita "harda".

De koncepto di l'unajo di cienco posar kam postulao per pozitivismo tota pensokurento iras, sequante Wilhelm Dilthey (1833 til 1911), afirmas l'existo di radikala sekuro inter naturocienci e spiritocienci. Naturocienci serchas nur explikar lua objekto, dum ke homocienco, e historio specifika, questionas anke por komprenar de interno e do por prenar konsiderante la personala experienco. Ta lasti ne devas adoptar la metodo en uzado en naturocienci nam li havas objekto qua esas totala diversa. Sociala cienci devas esar l'objekto di su-exameno, ta ke Wilhem Dilthey nomas "interpret-artala demarsho", to esas demarscho di interpretado di konkreta demonstrado di homala spirito. Interpret-artala tipo markas 20ma yarcento, kun autori kom Hans-Georg Gadamer qua editis en 1960, Verajo e metodo qua, opozanta su ad empirismo omno-povanta, afirmas ke "la metodo ne suficas".

Cienceso*[redaktar | edit source]

La scientificité est la qualité des pratiques et des théories qui cherchent à établir des régularités reproductibles, mesurables et réfutables dans les phénomènes par le moyen de la mesure expérimentale, et à en fournir une représentation explicite.

Plus généralement, c'est le « caractère de ce qui répond aux critères de la science»[6]. De manière générale à toutes les sciences, la méthode scientifique repose sur quatre critères :

  1. elle est systématique (le protocole doit s'appliquer à tous les cas, de la même façon) ;
  2. elle fait preuve d'objectivité (c'est le principe du « double-aveugle»: les données doivent être contrôlées par des collègues chercheurs - c'est le rôle de la publication) ;
  3. elle est rigoureuse, testable (par l'expérimentation et les modèles scientifiques) ;
  4. et enfin, elle doit être cohérente (les théories ne doivent pas se contredire, dans une même discipline).

Néanmoins, chacun de ces points est problématique, et les questionnements de l'épistémologie portent principalement sur les critères de scientificité. Ainsi, concernant la cohérence interne aux disciplines, l'épistémologue Thomas Samuel Kuhn bat en brèche ce critère de scientificité, en posant que les paradigmes subissent des « révolutions scientifiques » : un modèle n'est valable tant qu'il n'est pas remis en cause. Le principe d'objectivité, qui est souvent présenté comme l'apanage de la science, est, de même, source d'interrogations, surtout au sein des sciences humaines. La psychanalyse par exemple n'est ainsi pas acceptée comme science pour les tenants de la scientificité. Karl Popper comme Ludwig Wittgenstein lui ont refusé ce statut en raison de son caractère non réfutable par l'expérience. Popper ajoute, dans La Logique de la découverte scientifique (1934) que « l'attitude scientifique [est] l'attitude critique», ce qui forme le noyau de la scientificité.

La scientificité ne se limite pas à l'observation.

Pour le sociologue de la science Roberto Miguelez : « Il semble bien que l'idée de la science suppose, premièrement, celle d'une logique de l'activité scientifique ; deuxièmement, celle d'une syntaxe du discours scientifique. En d'autres termes, il semble bien que, pour pouvoir parler de la science, il faut postuler l'existence d'un ensemble de règles - et d'un seul - pour le traitement des problèmes scientifiques - ce qu'on appellera alors « la méthode scientifique » -, et d'un ensemble de règles - et d'un seul - pour la construction d'un discours scientifique»[7]. La sociologie des sciences étudie en effet de plus en plus les critères de scientificité, au sein de l'espace social scientifique, passant d'une vision interne, celle de l'épistémologie, à une vision davantage globale.

Ciencala e ciencala metodo[redaktar | edit source]

Exquisite-kfind.png Videz anke: Ciencala metodo.

La « méthode scientifique» (du grec ancien méthodos, poursuite, recherche, plan) est « l'ensemble des procédés raisonnés pour atteindre un but ; celui-ci peut être de conduire un raisonnement selon des règles de rectitude logique, de résoudre un problème de mathématique, de mener une expérimentation pour tester une hypothèse scientifique.»[8]. Elle est étroitement liée à l'histoire des sciences[note 4]. La méthode scientifique suit par ailleurs quatre opérations distinctes :

Experimentado[redaktar | edit source]

Exquisite-kfind.png Videz anke: Experimentado.
Thomas Edison dans son laboratoire (1901).

Experimentado esas metodo ciencala qua konsistas probar per experienci iterita la valideso di hipotezo ed obtenar quantesala donaji permisanta di purigar. Lo repozas sur protokoli experimentala permizanta normizar la demarsho. Fiziko e biologio repozas sur aktiva demarsho di cientisto qua konstruktas e kontrolas experimentala preskriptanta parto iteranta certa aspekti di fenomeni naturala studita. Maxim multa cienci uzas tale experimentala metodo, do la protokolo esas adaptita a sua objekto e sua cienceso. Segun maniero generala, experienco devas aportar precizesi quantifika* (o statistika) permisanta refutar o trab-apogar la modelo. La rezulti di experienci ne esas sempre quantifikebla, kam en homala cienci. L'experienco devas tale povar refutar la teoriala modeli.

L'expérimentation a été mise en avant par le courant de l'empirisme. Néanmoins, le logicien et scientifique Charles Sanders Peirce (1839-1914), et plus tard mais indépendamment[9], l'épistémologue Karl Popper (1902-1994), lui opposent l'abduction (ou méthode par conjecture et réfutation) comme étape première de la recherche scientifique. L'abduction (ou conjecture) est un procédé consistant à introduire une règle à titre d’hypothèse afin de considérer ce résultat comme un cas particulier tombant sous cette règle. Elle consiste en l'invention a priori d'une conjecture précédant l'expérience. En somme, cela signifie que l'induction fournit directement la théorie, alors que dans le processus abductif la théorie est inventée avant l'expérience et cette dernière ne fait que répondre par l'affirmative ou par la négative à l'hypothèse.

Observo[redaktar | edit source]

Exquisite-kfind.png Videz anke: Observation.
L'observation scientifique passe par des instruments, ici des alambics pour la chimie.

L’« observation» est l’action de suivi attentif des phénomènes, sans volonté de les modifier, à l’aide de moyens d’enquête et d’étude appropriés. Les scientifiques y ont recours principalement lorsqu'ils suivent une méthode empirique. C'est par exemple le cas en astronomie ou en physique. Il s'agit d'observer le phénomène ou l'objet sans le dénaturer, ou même interférer avec sa réalité. Certaines sciences, comme la physique quantique ou la psychologie, prennent en compte l'observation comme un paradigme explicatif à part entière, influençant le comportement de l'objet observé. La philosophe Catherine Chevalley résume ainsi ce nouveau statut de l'observation : « Le propre de la théorie quantique est de rendre caduque la situation classique d’un « objet » existant indépendamment de l’observation qui en est faite».

La science définit la notion d’observation dans le cadre de l’approche objective de la connaissance, observation permise par une mesure et suivant un protocole fixé d'avance.

Teorio e modelo[redaktar | edit source]

Une théorie (du grec theoria soit vision du monde) est un modèle ou un cadre de travail pour la compréhension de la nature et de l'humain. En physique, le terme de théorie désigne généralement le support mathématique, dérivé d'un petit ensemble de principes de base et d'équations, permettant de produire des prévisions expérimentales pour une catégorie donnée de systèmes physiques. Un exemple est la « théorie électromagnétique », habituellement confondue avec l'électromagnétisme classique, et dont les résultats spécifiques sont obtenus à partir des équations de Maxwell. L’adjectif « théorique » adjoint à la description d'un phénomène indique souvent qu'un résultat particulier a été prédit par une théorie mais qu'il n'a pas encore été observé. La théorie est ainsi bien souvent plus un modèle entre l'expérimentation et l'observation qui reste à confirmer.

La conception scientifique de la théorie devient ainsi une phase provisoire de la méthode expérimentale. Claude Bernard, dans son Introduction à la médecine expérimentale appuie sur le rôle clé des questions et sur l'importance de l'imagination dans la construction des hypothèses, sorte de théories en voie de développement. Le neurobiologiste Jean-Pierre Changeux explique ainsi :

Cquote1.png Le scientifique construit des "modèles" qu'il confronte au réel. Il les projette sur le monde ou les rejette en fonction de leur adéquation avec celui-ci sans toutefois prétendre l'épuiser. La démarche du scientifique est débat critique, "improvisation déconcertante", hésitation, toujours consciente de ses limites[10] Cquote2.png

En effet, si l'expérimentation est prépondérante, elle ne suffit pas, conformément à la maxime de Claude Bernard : "La méthode expérimentale ne donnera pas d'idée neuve à ceux qui n'en ont pas. 2, la théorie et le modèle permettant d'éprouver la réalité a priori.

Simulado[redaktar | edit source]

Exquisite-kfind.png Videz anke: Simulation de phénomènes.

La « simulation» est la « reproduction artificielle du fonctionnement d'un appareil, d'une machine, d'un système, d'un phénomène, à l'aide d'une maquette ou d'un programme informatique, à des fins d'étude, de démonstration ou d'explication»[11]. Elle est directement liée à l'utilisation de l'informatique au Shablono:XXe siècle. Il existe deux types de simulations :

Simulation d'une collision de particules.
  1. La modélisation physique consiste spécifiquement à utiliser un autre phénomène physique que celui observé, mais en y appliquant des lois ayant les mêmes propriétés et les mêmes équations. Un modèle mathématique est ainsi une traduction de la réalité pour pouvoir lui appliquer les outils, les techniques et les théories mathématiques. Il y a alors deux types de modélisations : les modèles prédictifs (qui anticipent des événements ou des situations, comme ceux qui prévoient le temps avec la météorologie) et les modèles descriptifs (qui représentent des données historiques).
  2. La simulation numérique utilise elle un programme spécifique ou éventuellement un progiciel plus général, qui génère davantage de souplesse et de puissance de calcul. Les simulateurs de vol d’avions par exemple permettent d'entraîner les pilotes. En recherche fondamentale les simulations que l'on nomme aussi « modélisations numériques » permettent de reproduire des phénomènes complexes, souvent invisibles ou trop ténus, comme la collision de particules.

Publikigajo e ciencala literaturo[redaktar | edit source]

Exquisite-kfind.png Videz anke: Publication scientifique.

Le terme de « publication scientifique» regroupe plusieurs types de communications que les chercheurs font de leurs travaux en direction d'un public de spécialistes, et ayant subi une forme d'examen de la rigueur de la méthode scientifique employée pour ces travaux, comme l'examen par un comité de lecture indépendant par exemple. La publication scientifique est donc la validation de travaux par la communauté scientifique. C'est aussi le lieu de débats contradictoires à propos de sujets polémiques ou de discussions de méthodes.

Il existe ainsi plusieurs modes de publications :

  • les revues scientifiques à comité de lecture ;
  • les comptes-rendus de congrès scientifique à comité de lecture ;
  • des ouvrages collectifs rassemblant des articles de revue ou de recherche autour d'un thème donné, coordonnés par un ou plusieurs chercheurs appelés éditeurs ;
  • des monographies sur un thème de recherche.
Un exemple de publication scientifique : la revue Science and Invention (1928).

Les publications qui entrent dans un des cadres ci-dessus sont généralement les seules considérées pour l'évaluation des chercheurs et les études bibliométriques, à tel point que l'adage « publish or perish» (publier ou périr) est fondé. La scientométrie est en effet une méthode statistique appliquée aux publications scientifiques. Elle est utilisée par les organismes finançant la recherche comme outil d'évaluation. En France, ces indicateurs, tel le facteur d'impact, occupent ainsi une place importante dans la LOLF (pour : Loi Organique relative aux Lois de Finances)[note 5]. Les politiques budgétaires dévolues aux laboratoires et aux unités de recherche dépendent ainsi souvent de ces indicateurs scientométriques.

Epistemologio: la diskurso pri cienco[redaktar | edit source]

Epistemologio o filozofio di cienco?[redaktar | edit source]

Exquisite-kfind.png Videz anke: Epistemologio.

Le vocable d'« épistémologie» remplace celui de philosophie des sciences au début du Shablono:XXe siècle[12]. Il s'agit d'un néologisme construit par James Frederick Ferrier, dans son ouvrage Institutes of metaphysics (1854). Le mot est composé sur la racine grecque Shablono:Grec ancien signifiant « science au sens de savoir et de connaissance» et sur le suffixe Shablono:Grec ancien signifiant « le discours». Ferrier l'oppose au concept antagoniste de l'« agnoiology», ou théorie de l'ignorance. Le philosophe analytique Bertrand Russell l'emploie ensuite, dans son Essai sur les fondements de la géométrie en 1901, sous la définition d'analyse rigoureuse des discours scientifiques, pour examiner les modes de raisonnement qu'ils mettent en œuvre et décrire la structure formelle de leurs théories[13]. En d'autres mots, les « épistémologues» se concentrent sur la démarche de la connaissance, sur les modèles et les théories scientifiques, qu'ils présentent comme autonomes par rapport à la philosophie[note 6].

Jean Piaget[14] proposait de définir l’épistémologie « en première approximation comme l’étude de la constitution des connaissances valables», dénomination qui, selon Jean-Louis Le Moigne, permet de poser les trois grandes questions de la discipline :

  1. Qu’est ce que la connaissance et quel est son mode d'investigation (c'est la question « gnoséologique») ?
  2. Comment la connaissance est-elle constituée ou engendrée (c'est la question méthodologique) ?
  3. Comment apprécier sa valeur ou sa validité (question de sa scientificité) ?

Avant ces investigations, la science était conçue comme un corpus de connaissances et de méthodes, objet d’étude de la Philosophie des sciences, qui étudiait le discours scientifique relativement à des postulats ontologiques ou philosophiques, c'est-à-dire non-autonomes en soi. L'épistémologie permettra la reconnaissance de la science et des sciences comme disciplines autonomes par rapport à la philosophie. Les analyses de la science (l'expression de « métascience» est parfois employée) ont tout d’abord porté sur la science comme corpus de connaissance, et ont longtemps relevé de la philosophie. C'est le cas d'Aristote, de Francis Bacon, de René Descartes, de Gaston Bachelard, du cercle de Vienne, puis de Popper, Quine, Lakatos enfin, parmi les plus importants. L’épistémologie, au contraire, s'appuie sur l'analyse de chaque discipline particulière relevant des épistémologies dites « régionales». Aurel David explique ainsi que « La science est parvenue à se fermer chez elle. Elle aborde ses nouvelles difficultés par ses propres moyens et ne s'aide en rien des productions les plus élevées et les plus récentes de la pensée métascientifique»[15].

Pour le prix Nobel de physique Steven Weinberg, auteur de Le Rêve d'une théorie ultime (1997)[16] la philosophie des sciences est inutile car elle n'a jamais aidé la connaissance scientifique à avancer.

Cienco en servado di homaro: progreso[redaktar | edit source]

Exquisite-kfind.png Videz anke: Progrès scientifique.

Le terme de progrès vient du latin

« progressus»

qui signifie l'action d'avancer. Selon cette étymologie le progrès désigne un passage à un degré supérieur, c'est-à-dire à un état meilleur, participant à l'effort économique[note 7]. La civilisation se fonde ainsi, dans son développement, sur une série de progrès dont le progrès scientifique. La science serait avant tout un moyen de faire le bonheur de l'humanité, en étant le moteur du progrès matériel et moral. Cette identification de la science au progrès est très ancienne et remonte aux fondements philosophiques de la science[note 8]. Cette thèse est distincte de celle de la science dite pure (en elle-même), et pose le problème de l'autonomie de la science, en particulier dans son rapport au pouvoir politique[note 9]. Les questions éthiques limitent également cette définition de la science comme un progrès[note 10]. Certaines découvertes scientifiques ont des applications militaires ou même peuvent être létales en dépit d'un usage premier bénéfique[note 11].

Albert Einstein et Robert Oppenheimer. L'utilisation militaire de la technologie nucléaire a posé un dilemme aux deux scientifiques.

Selon les tenants de la science comme moyen d'amélioration de la société, dont Ernest Renan ou Auguste Comte sont parmi les plus représentatifs, le progrès offre :

  • une explication du fonctionnement du monde : il est donc vu comme un pouvoir explicatif réel et illimité ;
  • des applications technologiques toujours plus utiles permettant de transformer l'environnement afin de rendre la vie plus facile.

La thèse de la science pure pose, quant à elle, que la science est avant tout le propre de l'humain, ce qui fait de l'homme un animal différent des autres. Dans une lettre du 2 juillet 1830 adressée à Legendre, le mathématicien Charles Gustave Jacob Jacobi écrit ainsi, à propos du physicien Joseph Fourier :

« Shablono:M. Fourier avait l’opinion que le but principal des mathématiques était l’utilité publique et l’explication des phénomènes naturels ; mais un philosophe comme lui aurait dû savoir que le but unique de la science, c’est l’honneur de l’esprit humain, et que sous ce titre, une question de nombres vaut autant qu’une question du système du monde.»

[17]. D'autres courants de pensée comme le scientisme envisagent le progrès sous un angle plus utilitariste.

Enfin des courants plus radicaux posent que la science et la technique permettront de dépasser la condition ontologique et biologique de l'homme. Le transhumanisme ou l'extropisme sont par exemple des courants de pensée stipulant que le but de l'humanité est de dépasser les injustices biologiques (comme les maladies génétiques, grâce au génie génétique) et sociales (par le rationalisme), et que la science est le seul moyen à sa portée. À l'opposé, les courants technophobes refusent l'idée d'une science salvatrice, et pointent au contraire les inégalités sociales et écologiques, entre autres, que la science génère.

Interrogations de l'épistémologie[redaktar | edit source]

Exquisite-kfind.png Videz anke: épistémologie#Les questions épistémologiques.

Liée à la théorie de la connaissance, l'épistémologie tente d'expliquer et de rationaliser un ensemble de questions philosophiques. La science progressant de manière fondamentalement discontinue, les renversements des représentations des savants, appelées également

« paradigmes scientifiques»

selon l'expression de Thomas Samuel Kuhn, sont également au cœur des interrogations épistémologiques.

Parmi ces questions centrales de l'épistémologie on distingue :

  1. la nature de la production des connaissances scientifiques (par exemple, les types de raisonnements sont-ils fondés ?) ;
  2. la nature des connaissances en elles-mêmes (l'objectivité est-elle toujours possible, etc.). Ce problème d'épistémologie concerne plus directement la question de savoir comment identifier ou démarquer les théories scientifiques des théories métaphysiques ;
  3. l'organisation des connaissances scientifiques (notions de théories, de modèles, d'hypothèses, de lois) ;
  4. l'évolution des connaissances scientifiques (quel mécanisme meut la science et les disciplines scientifiques).

Nombre de philosophes ou d'épistémologues ont ainsi interrogé la nature de la science et en premier lieu la thèse de son unicité. L'épistémologue Paul Feyerabend, dans Contre la méthode, est l'un des premiers, dans les années soixante-dix, à se révolter contre les idées reçues à l'égard de la science et à relativiser l'idée trop simple de

« méthode scientifique»

. Il expose une théorie anarchiste de la connaissance plaidant pour la diversité des raisons et des opinions, et explique en effet que

« la science est beaucoup plus proche du mythe qu’une philosophie scientifique n’est prête à l’admettre»

[18]. Le philosophe Louis Althusser, qui a produit un cours sur cette question dans une perspective marxiste, soutient que

« tout scientifique est affecté d’une idéologie ou d’une philosophie scientifique»

[19] qu’il appelle

« Philosophie Spontanée des Savants»

(

« P.S.S»

[note 12]). Dominique Pestre s'attache lui à montrer l'inutilité d'une distinction entre

« rationalistes»

et

« relativistes»

, dans Introduction aux Science Studies.

Granda epistemologiala modeli[redaktar | edit source]

La historio di cienci e filozofio produktabas multa teorii pri la naturo e l'importo di ciencala fenomeno. Existas tale ensemblo di granda epistemogiala modeli qua asertas explikar la specifikeso di cienco.

20ma yarcento esas karakterisita per radikala jireyo. Tre skemale, a unesma reflekti pure filozofia ed ofte normiganta plu sociologiala e psikologiala, pose aprochi sociologiala ed antropologiala dum 1980a, pose fine aprochi fundamentale heterogena depos 1990a kun studiocieci. La diskurso esos anke questionita per psikologio kun la kuranto di konstruktivismo. Tandem, epistemologio interesas su a cienco en agado (expreso di Bruno Latour), to esas sua laboras dum omnadie e ne nur pri la naturo di teoriala questioni ke lo produktas.

Kartezianismo* e racionalismo[redaktar | edit source]

Exquisite-kfind.png Videz anke: Rationalisme.

Racionalismo esas epistemologiala kurento naskinta dum 17ma yarcento e por qua

Cquote1.png omna konoco valida venas sive exkluzite, sive esence di uzado di raciono. Cquote2.png

Autori kom René Descartes (on parolas lor di kartezianismo), o Leibniz fondas la konceptala bazi di ta movemento qua alegas rezono generale e plu partikulare deduktala rezono dicita anke analizala. Traktesas teorio di konoco qua solicitas la supereso di intelekto. Experimentado havas hike partikulara statuto: lo servas nur por validigar o refutar hipotezi. En altra vorti rezono sola suficas por arbitrar inter verajo o falsajo en racionalista rezono. Racionalisti prenas tale kam exemplo la famoza loko di dialogo di Plato, en Menon, ube Sokrates pruvas ke yuna iliterata sklavo, etapope e sen sua helpo, povas rifacar e ridemonstrar teoremo di Pitagoro.

Racionalismo, precipue moderna, rekomendas l'omnopovo di matematiko super l'altra cienci. Matematiki reprezentas nam l'intelektala moyeno demonstranta ke intelekto e raciono povas karear di observo ed experienco. Ja Galileo explikis en sua verko La probisto — qua esas anke demonstro di logiko — en 1623, ke

Cquote1.png La granda libro di universo esas skribita en la linguo di matematiko. On povas komprenar nur ta libro se on lernas unesme la linguo, e l'alfabeto en qua esas skribita. La karakteri esas di trianguli e cerkli, tale ke l'altra geometriala figuri sen qua esas homala ne posibla por dechifrar la minima vorto Cquote2.png

.

Empirisme[redaktar | edit source]

Exquisite-kfind.png Videz anke: Empirisme.

L'empirisme postule que toute connaissance provient essentiellement de l'expérience. Représenté par les philosophes anglais Roger Bacon, John Locke et George Berkeley, ce courant postule que la connaissance se fonde sur l'accumulation d'observations et de faits mesurables, dont on peut extraire des lois par un raisonnement inductif (dit aussi synthétique), allant par conséquent du concret à l'abstrait. L'induction consiste, selon Hume en la généralisation de données de l'expérience pure[20], appelée « empirie» (ensemble des données de l'expérience), qui est ainsi l'objet sur lequel porte la méthode. Néanmoins, Bertrand Russell mentionne dans son ouvrage Science et Religion ce qu’il nomme le « scandale de l’induction», cette méthode de raisonnement n'a rien d'universel, en effet, selon lui les lois admises comme générales par l'induction n'ont été cependant vérifiées que pour un certain nombre de cas expérimentaux. Dans l'empirisme, le raisonnement est secondaire alors que l'observation est première[note 13]. Les travaux d'Isaac Newton témoignent d'une méthode empirique dans la formalisation de la loi gravitationnelle.

L'empirisme se décompose lui-même en sous-courants[21] :

  • le matérialisme qui explique que seule l'expérience sensible existe ;
  • le sensualisme qui considère que les connaissances proviennent des sensations (c'est la position de Condillac par exemple) ;
  • l'instrumentalisme, qui voit dans la théorie un outil abstrait ne reflétant pas la réalité.

Enfin, l'empirisme aurait percé dans le champ scientifique, selon Robert King Merton (dans Éléments de théorie et de méthode sociologique, 1965) grâce à ses liens étroits avec l'éthique protestante et puritaine. Le développement de la Royal Society de Londres, fondée en 1660 par des protestants, en est ainsi l'expression aboutie : « la combinaison de la rationalité et de l'empirisme, si évidente dans l'éthique puritaine, forme l'essence de la science moderne.» explique Merton.

Positivisme d'Auguste Comte[redaktar | edit source]

Exquisite-kfind.png Videz anke: Positivisme.

Auguste Comte distingue trois états historiques : dans l'état théologique, l'esprit de l'homme cherche à expliquer les phénomènes naturels par des agents surnaturels. Dans l'état métaphysique, l'explication se fonde sur des forces naturelles mais encore personnifiées (la théorie de l'éther par exemple). Avec l'état positif, l'esprit ne cherche plus à expliquer les phénomènes par leurs causes, mais il s'édifie sur des faits constatables et mesurables. Le personnage de Newton est, pour Comte, révélateur de cette

« marche progressive de l'esprit humain»

[22]. La science doit ainsi mettre en œuvre des hypothèses, permettant de se passer de l'expérience, et aboutissant à la formation de lois non contradictoires. Comte cite ainsi, comme exemple, la théorie de la chaleur de Joseph Fourier, qui la bâtit sans avoir à observer la nature du phénomène. Le positivisme met en avant la qualité prédictive de la science, qui permet de

« voir pour prévoir»

selon les mots de Comte, dans ses Discours sur l'ensemble du positivisme (1843). Néanmoins, la méthode scientifique culmine dans la mise en pratique, dans l'action, ce que le discours moderne appellera l'application scientifique. L'ingénierie est ainsi la main de la science, caractérisée par le savoir-faire. La science est avec Comte indissociable de l'action : Shablono:Citation bloc

Dans la philosophie de Comte, l'esprit se limite au « comment », et renonce à la recherche du « pourquoi ultime » des choses.

Critique de l'induction de Mach[redaktar | edit source]

Inventeur de la mesure de la vitesse de propagation du son, Ernest Mach développa une pensée épistémologique qui influença notamment Albert Einstein. Dans La Mécanique, exposé historique et critique de son développement[23] Mach dévoile la conception mythologique qui sous-tend les représentations mécanistes de son époque, qui aboutissent au conflit des spiritualistes et des matérialistes. Mais la critique de Mach porte surtout sur la méthode de l'induction, pendant de la déduction. Dans La Connaissance et l'erreur (1905), Mach explique que le travail du savant porte avant tout sur les relations des objets étudiés entre eux, et non sur leur classement. La démarche de recherche est avant tout mentale conclut Mach :

Cquote1.png Avant de comprendre la nature, il faut l'appréhender dans l'imagination, pour donner aux concepts un contenu intuitif vivant Cquote2.png

[24]. Par ailleurs, Mach défend l'idée que la science est symbolique, thèse qu'il reprend chez Karl Pearson dans la Grammaire de la science (1892)[note 14] et qui explique que la science est

« une sténographie conceptuelle»

. Mach annonce que seule la méthode empirique est scientifique : Shablono:Citation bloc

Réfutabilité de Karl Popper et les programmes de recherche scientifique de Irme Lakatos[redaktar | edit source]

Le philosophe autrichien Karl Popper (1902 - 1994) bouleverse l'épistémologie classique en proposant une nouvelle théorie de la connaissance, dès 1959 avec la Logique de la découverte scientifique. Il donne à l'épistémologie de nouveaux concepts et outils d'examen, comme la réfutabilité (capacité d'une théorie scientifique de se soumettre à une méthode critique sévère) ou l'infaillibilité (qui définit a contrario les théories métaphysiques, psychanalytiques, marxistes, astrologiques). Il propose ainsi de voir dans la réfutabilité le critère permettant de distinguer la science de la non-science. Un énoncé est ainsi

« empiriquement informatif, si et seulement s'il est testable ou réfutable, c'est-à-dire s'il est possible, au moins en principe, que certains faits puissent le contredire»

[25]. Néanmoins, Popper admet que les énoncés non réfutables peuvent être heuristiques et avoir un sens (c'est le cas des sciences humaines).

Popper émet par ailleurs une critique de la thèse de l'unicité de la science, notamment dans son ouvrage La logique de la découverte scientifique. L'idée d'un système de connaissance est futile selon lui :

« nous ne savons pas, nous ne faisons que conjecturer.»

L’idéal d’une connaissance absolument certaine et démontrable s’est révélé être une idole.Selon lui enfin, l'induction n'a aucune valeur scientifique :Shablono:Citation bloc

La pensée d'Imre Lakatos(1922 - 1974) est en droite file de celle de Popper. Il est le créateur de la notion de

« programmes de recherche scientifique»

(P.R.S) qui est un corpus d'hypothèses théoriques lié à un plan de recherche au sein d'un domaine particulier (un

« paradigme»

) comme la métaphysique cartésienne par exemple. Lakatos, bien qu'étant l'élève de Karl Popper s'en oppose sur le point de la réfutabilité. Un programme de recherche est selon lui caractérisé à la fois par une heuristique positive (ce qu'il faut chercher et à l'aide de quelle méthode) et une heuristique négative (les hypothèses sont inviolables).

Science normale de Thomas Kuhn[redaktar | edit source]

Les travaux de Thomas Samuel Kuhn vont marquer une rupture fondamentale en philosophie, en histoire et en sociologie des sciences[note 15]. Il va historiciser la science, et rejeter une conception fixiste de la science. Son ouvrage principal en la matière, La Structure des révolutions scientifiques (1962) pose qu'

Cquote1.png il est ainsi difficile de considérer le développement scientifique comme un processus d’accumulation, car il est difficile d’isoler les découvertes et les inventions individuelles Cquote2.png

.

Cquote1.png Lorsque les scientifiques ne peuvent plus ignorer plus longtemps des anomalies qui renversent la situation établie dans la pratique scientifique, alors commencent les investigations extraordinaires qui les conduisent finalement à un nouvel ensemble de convictions, sur une nouvelle base pour la pratique de la science Cquote2.png

ajoute-t-il, qualifiant ces bases pratiques de paradigmes scientifiques (comme la lumière considérée comme un corpuscule, puis comme une onde, puis enfin comme une particule). Ces

« épisodes extraordinaires»

sont comme des

Cquote1.png révolutions scientifiques Cquote2.png

(ainsi celles apportées par Isaac Newton, Nicolas Copernic, Lavoisier, ou encore Einstein) : toutes viennent renverser un paradigme dominant. L'état d'une science, des connaissances et du paradigme, à une période donnée constitue la

« science normale»

qui est selon Kuhn Shablono:Citation bloc

Konstruktivismo[redaktar | edit source]

Exquisite-kfind.png Videz anke: Constructivisme (épistémologie).

Le terme constructivisme est né au début du Shablono:S avec le mathématicien hollandais Brouwer qui l'utilisa pour caractériser sa position sur la question des fondements en mathématiques comme discipline maîtresse. Mais c'est surtout Jean Piaget qui a su apporter au constructivisme ses lettres de noblesse : avec la publication en 1967 de l'encyclopédie de la Pléiade et notamment de l’article Logique et connaissance scientifique, il opère selon Jean-Louis Le Moigne une

« renaissance du constructivisme épistémologique, notamment à partir des travaux de Bachelard»

[26], . Toutefois, selon Ian Hacking, c'est Kant qui fut le

« grand pionnier de la construction»

[27].

L'école constructiviste n'accepte comme vrai que ce que le scientifique peut construire, à partir d'idées et d'hypothèses que l'intuition (comme fondement des mathématiques) accepte comme vraies, et qui sont représentables. Le psychologue et épistémologue Jean Piaget expliquera ainsi que le

« fait est (…) toujours le produit de la composition, entre une part fournie par les objets, et une autre construite par le sujet»

[28]. L'expérimentation ne sert alors qu'à vérifier la cohérence interne de la construction (c'est la notion de modèle épistémologique). Piaget étendra cependant le cadre constructiviste à ce qu'il nomme l'

« épistémologie génétique»

qui étudie les conditions de la connaissance et les lois de son accroissement, en lien avec le développement neurologique de l'intelligence. Pour lui, l'épistémologie englobe la théorie de la connaissance et la philosophe des sciences (ce qu'il nomme le

« cercle des sciences»

 : chaque science renforce l'édifice des autres sciences). Autrement dit,

« la succession des sciences dans l'histoire obéit à la même logique que l'ontogenèse des connaissances»

[29]. Sans parler de ressemblance totale, les mécanismes, de l'individu au groupe de chercheurs et donc, aux disciplines scientifiques, sont communs (Piaget cite ainsi l'

« abstraction réfléchissante»

).

Refusant l'empirisme, l'épistémologie constructiviste pose que la connaissance se fait au moyen d'une dialectique, du sujet à l'objet et de l'objet au sujet, par un aller-et-retour expérimental.

Cienco e socio[redaktar | edit source]

Histoire[redaktar | edit source]

La représentation du monde au Moyen Âge.

Le Concile de Nicée de 325 avait instauré dans l'Église l'argument dogmatique selon lequel Dieu avait créé le ciel et la terre en sept jours. Cependant, des explications scientifiques furent possibles dès ce credo, qui ne se prononçait pas sur l'engendrement du monde, œuvre du Christ. Cette lacune théologique avait permis une certaine activité scientifique au Moyen Âge, dont, en premier lieu, l'astronomie. Dès le Shablono:S, la science arabo-musulmane prospérait et développait la médecine, les mathématiques, l'astronomie, et d'autres sciences. À cette époque, dans l'islam, la science était particulièrement encouragée, le monde étant vu comme un code à déchiffrer pour comprendre les messages divins. Les pays de culture chrétienne en profitèrent largement à partir du Shablono:S lors d'une période de renouveau appelée [[Renaissance du XIIe siècle|Renaissance du Shablono:S-]] par l'historien Charles H. Haskins.

Au sein du christianisme, le premier pas en faveur de l'héliocentrisme (qui place la Terre en orbitation autour du Soleil) est fait par le chanoine Nicolas Copernic, avec le De revolutionibus (1543). Le Concile de Trente (1545-1563) encouragea les communautés religieuses à mener des recherches scientifiques. Mais Galilée se heurte à la position de l'Église en faveur du géocentrisme, en vertu d'une interprétation littérale de la Bible, qui recoupait la représentation du monde des savants grecs de l'Antiquité (Ptolémée et Aristote). Le procès de Galilée, en 1633, marque un divorce entre la pensée scientifique et la pensée religieuse[note 16], pourtant initiée par l'exécution de Giordano Bruno en 1600[30]. L'opposition des autorités religieuses aux implications des découvertes faites par des scientifiques, telle qu'elle s'est manifestée dans le cas de Galilée, est apparue a posteriori comme une singularité dans l'Histoire[note 17]. Le procès de Galilée devint le symbole d'une science devenant indépendante de la religion, voire opposée à elle. Cette séparation est consommée au Shablono:XVIIIe siècle, pendant les Lumières.

Au Shablono:XIXe siècle, les scientismes posent que la science seule peut expliquer l'univers et que la religion est l'

« opium du peuple»

comme dira plus tard Karl Marx qui fonde la vision matérialiste de l'histoire. Les réussites scientifiques et techniques, qui améliorent la civilisation et la qualité de vie, le progrès scientifique en somme, bat en brèche les dogmes religieux, quelle que soit la confession. Les théories modernes de la physique et de la biologie (avec Charles Darwin et l'évolution), les découvertes de la psychologie, pour laquelle le sentiment religieux demeure un phénomène intérieur voire neurologique, supplantent les explications mystiques et spirituelles.

Au Shablono:XXe siècle, l'affrontement des partisans de la théorie de l'évolution et des créationnistes, souvent issus des courants religieux radicaux, cristallise le dialogue difficile de la foi et de la raison. Le « procès du singe » (à propos de l'« ascendance » simiesque de l'homme) illustre ainsi un débat permanent au sein de la société civile[note 18]. Enfin, nombre de philosophes ou d'épistémologues se sont interrogés sur la nature de la relation entre les deux institutions. Le paléontologue Stephen Jay Gould dans « Que Darwin soit ! » parle de deux magistères, chacun restant maître de son territoire mais ne s'empiétant pas, alors que Bertrand Russell mentionne dans son ouvrage Science et Religion les conflits les opposant. Nombre de religieux tentent, comme Pierre Teilhard de Chardin ou Georges Lemaître (père de la théorie du Big bang), d'allier explication scientifique et ontologie religieuse.

L'encyclique de 1998, Fides et ratio, de Jean-Paul II cherche à réconcilier la religion et la science en proclamant que « la foi et la raison sont comme les deux ailes qui permettent à l'esprit humain de s'élever vers la contemplation de la vérité ».

Les explications de la science restent limitées aux phénomènes. La question des fins ultimes reste donc ouverte, et comme le remarquait Karl Popper[31] :

« Toutes nos actions ont des fins, des fins ultimes, et la science n’a affaire qu’aux moyens que nous pouvons régulièrement et rationnellement mettre en œuvre pour atteindre certaines fins ».

Cienco e pseudocienco[redaktar | edit source]

Exquisite-kfind.png Videz anke: Pseudo-science.

Une « pseudo-science» (du grec ancien pseudês; "faux") est une démarche prétendument scientifique qui ne respecte pas les canons de la méthode scientifique, dont celui de réfutabilité.

L'astrologie est considérée comme une pseudo-science.

Ce terme, de connotation normative, est utilisé dans le but de dénoncer certaines disciplines en les démarquant des démarches au caractère scientifique reconnu. C'est au Shablono:XIXe siècle (sous l'influence du positivisme d'Auguste Comte, du scientisme et du matérialisme) que fut exclu du domaine de la science tout ce qui n'est pas vérifiable par la méthode expérimentale. Un ensemble de critères explique en quoi une théorie peut être classée comme pseudo-science. Karl Popper relègue ainsi la psychanalyse au rang de pseudo-science, au même titre que, par exemple, l'astrologie, la phrénologie ou la divination[note 19]. Le critère de Popper est cependant contesté pour certaines disciplines ; pour la psychanalyse, parce que la psychanalyse ne prétend pas être une science exacte. De plus, Popper a été assez ambigu sur le statut de la théorie de l'évolution dans son système.

Les sceptiques, comme Richard Dawkins, Mario Bunge, Carl Sagan, Richard Feynman ou encore James Randi considèrent toute pseudo-science comme dangereuse. Le mouvement zététique œuvre quant à lui principalement à mettre à l'épreuve ceux qui affirment réaliser des actions scientifiquement inexplicables.

Cienco e protocienco[redaktar | edit source]

Si le terme normatif pseudoscience démarque les vraies sciences des fausses sciences, le terme protoscience (du grec πρῶτος, protos : premier, initial) inscrit les champs de recherche dans un continuum temporel : est protoscientifique ce qui pourrait, dans l'avenir, être intégré dans la science, ou ne pas l'être. Le terme anglophone de fringe science désigne un domaine situé en marge de la science, entre la pseudo-science et la protoscience.

Cienco o tekniko?[redaktar | edit source]

Exquisite-kfind.png Videz anke: Technique.

La technique Shablono:Étymologie

« concerne les applications de la science, de la connaissance scientifique ou théorique, dans les réalisations pratiques, les productions industrielles et économiques»

[32]. La technique couvre ainsi l'ensemble des procédés de fabrication, de maintenance, de gestion, de recyclage et, même d'élimination des déchets, qui utilisent des méthodes issues de connaissances scientifiques ou simplement des méthodes dictées par la pratique de certains métiers et l'innovation empirique. On peut alors parler d'art, dans son sens premier, ou de

« science appliquée»

. La science est elle autre chose, une étude plus abstraite. Ainsi l'épistémologie examine entre autres les rapports entre la science et la technique, comme l'articulation entre l'abstrait et le savoir-faire. Néanmoins, historiquement, la technique est première.

« L’homme a été homo-faber, avant d’être homo-sapiens»

, explique le philosophe Bergson. Contrairement à la science, la technique n’a pas pour vocation d’interpréter le monde, elle est là pour le transformer, sa vocation est pratique et non théorique.

La technique est souvent considérée comme faisant partie intégrante de l’histoire des idées ou à l'histoire des sciences. Pourtant il faut bien admettre la possibilité d’une technique « a-scientifique », c'est-à-dire évoluant en dehors de tout corpus scientifique et que résume les paroles de Bertrand Gille :

« le progrès technique s'est fait par une somme d'échecs que vinrent corriger quelques spectaculaires réussites»

. La technique au sens de connaissance intuitive et empirique de la matière et des lois naturelles est ainsi la seule forme de connaissance pratique, et ce jusqu'au Shablono:XVIIIe siècle, époque où se développeront les théories et avec elles de nouvelles formes de connaissance axiomatisées.

Arto e cienco[redaktar | edit source]

Exquisite-kfind.png Videz anke: Arts scientifiques.
L'Expulsion d'Adam et Ève du Jardin d'Eden, fresque de Masaccio, Florence, Italie, avant et après sa restauration[note 20].

Hervé Fischer parle, dans La société sur le divan, publié en 2007, d'un nouveau courant artistique prenant la science et ses découvertes comme inspiration et utilisant les technologies telles que les bio-technologies, les manipulations génétiques, l'intelligence artificielle, la robotique, qui inspirent de plus en plus d'artistes. Par ailleurs, le thème de la science a été souvent à l'origine de tableaux ou de sculptures. Le mouvement du futurisme par exemple considère que le champ social et culturel doit se rationaliser. Enfin, les découvertes scientifiques aident les experts en Art[33]. La connaissance de la désintégration du carbone 14 par exemple permet de dater les œuvres. Le laser permet de restaurer, sans abîmer les surfaces, les monuments. Le principe de la synthèse additive des couleurs restaure les autochromes. Les techniques d'analyse physico-chimiques permettent d'expliquer la composition des tableaux, voire de découvrir des palimpsestes. La radiographie permet de sonder l'intérieur d'objets ou de pièces sans polluer le milieu. La spectrographie est utilisée enfin pour dater et restaurer les vitraux[note 21].

Vulgarisation scientifique[redaktar | edit source]

La vulgarisation est le fait de rendre accessibles les découvertes ainsi que le monde scientifique à tous et dans un langage adapté.

Une démonstration de l'expérience de la cage de Faraday au Palais de la découverte de Paris.

La compréhension de la science par le grand public est l’objet d’études à part entière ; les auteurs parlent de « Public Understanding of Science » (expression consacrée en Grande-Bretagne, « science literacy » aux États-Unis) et de

« culture scientifique»

en France. Il s'agit du principal vecteur de la démocratisation et de la généralisation du savoir selon les sénateurs français Marie-Christine Blandin et Ivan Renard[34].

Dans nombre de démocraties, la vulgarisation de la science est au cœur de projets mêlant différents acteurs économiques, institutionnels et politiques. En France, l'Éducation nationale a ainsi pour mission de sensibiliser l'élève à la curiosité scientifique, au travers de conférences, de visites régulières ou d'ateliers d'expérimentation. La Cité des sciences et de l'industrie met à disposition de tous des expositions sur les découvertes scientifiques alors que les quelque trente[35] centres de culture scientifique, technique et industrielle ont « pour mission de favoriser les échanges entre la communauté scientifique et le public. Cette mission s'inscrit dans une démarche de partage des savoirs, de citoyenneté active, permettant à chacun d'aborder les nouveaux enjeux liés à l'accroissement des connaissances »[36].

Le Futuroscope ou Vulcania ou le Palais de la découverte sont d'autres exemples de mise à disposition de tous des savoirs scientifiques. Les États-Unis possèdent également des institutions telles que l'Exploratorium[37] de San Francisco, qui se veulent plus près d'une expérience accessible par les sens et où les enfants peuvent expérimenter. Le Québec a développé quant à lui le Centre des sciences de Montréal.

La vulgarisation se concrétise donc au travers d'institutions, de musées, mais aussi d'animations publiques comme les Nuits des étoiles par exemple, de revues, et de personnalités (Hubert Reeves pour l'astronomie), qu'énumère Bernard Schiele dans Les territoires de la culture scientifique[38].

Vulgarigo ciencala[redaktar | edit source]

Exquisite-kfind.png Videz anke: Technocratie.

Scientisme ou religion de la science[redaktar | edit source]

Exquisite-kfind.png Videz anke: scientisme.

La valeur universelle de la science fait débat depuis le début du Shablono:S-, tous les systèmes de connaissances n'étant pas forcément assujettis à la science[39]. La croyance en une universalité de la science constitue le scientisme.

Le scientisme est une idéologie apparue au Shablono:XVIIIe siècle, selon laquelle la connaissance scientifique permettrait d'échapper à l'ignorance dans tous les domaines et donc, selon la formule d'Ernest Renan dans « l'Avenir de la science », d'

« organiser scientifiquement l'humanité»

.

Il s'agit donc d'une foi dans l'application des principes de la science dans tous les domaines. Nombre de détracteurs[note 22] y voient une véritable religion de la science, particulièrement en Occident. Sous des acceptions moins techniques, le scientisme peut être associé à l'idée que seules les connaissances scientifiquement établies sont vraies. Il peut aussi renvoyer à un certain excès de confiance en la science qui se transformerait en dogme. Le courant zététique, qui s'inspire du scepticisme philosophique, essaye d'appréhender efficacement la réalité par le biais d'enquêtes et d'expériences s'appuyant sur la méthode scientifique et a pour objectif de contribuer à la formation chez chaque individu d'une capacité d'appropriation critique du savoir humain, est en ce sens une forme de scientisme.

Pour certains épistémologues, le scientisme prend de toutes autres formes. Robert Nadeau, en s’appuyant sur une étude réalisée en 1984[40], considère que la culture scolaire est constituée de

« clichés épistémologiques»

qui formeraient une sorte de

« mythologie des temps nouveaux»

qui ne serait pas sans rapport avec une sorte de scientisme[41]. Ces clichés tiennent soit à l'histoire de la science, résumée et réduite à des découvertes qui jalonnent le développement de la société, soit à des idées comme celles qui met en avant que les lois, et plus généralement les connaissances scientifiques, sont des vérités absolues et dernières, et que les preuves scientifiques sont non moins absolues et définitives alors que, selon les mots de Thomas Samuel Kuhn, elles ne cessent de subir révolutions et renversements.

Enfin, c'est surtout la sociologie de la connaissance, dans les années 1940 à 1970, qui a mis fin à l'hégémonie du scientisme. Les travaux de Ludwig Wittgenstein, Alexandre Koyré et Thomas Samuel Kuhn surtout ont démontré l'incohérence du positivisme. Les expériences ne constituent pas, en effet, des preuves absolues des théories et les paradigmes sont amenés à disparaître. Pour Paul Feyerabend, ce sont des forces politiques, institutionnelles et même militaires qui ont assuré à la science sa dominance, et qui la maintiennent encore dans cette position[42].

Cienco en servado di milito[redaktar | edit source]

Le laser est à l'origine une découverte militaire.

Pendant la Première Guerre mondiale, les sciences ont été utilisées par l'État afin de développer de nouvelles armes chimiques et de développer des études balistiques. C'est la naissance de l'économie de guerre, qui s'appuie sur des méthodes scientifiques. L'

« OST»

, ou Organisation Scientifique du Travail de Frederick Winslow Taylor est ainsi un effort d'améliorer la productivité industrielle grâce à l'ordonnancement des tâches, permis notamment par le chronométrage. Néanmoins, c'est pendant la Seconde Guerre mondiale que la science est le plus utilisée à des fins militaires. Les armes secrètes de l'Allemagne nazie comme les V2 sont au centre des découvertes de cette époque.

Toutes les disciplines scientifiques sont ainsi dignes d'intérêt pour les gouvernements. Le kidnapping de scientifiques allemands à la fin de la guerre, soit par les soviétiques, soit par les américains, fait naître la notion de « guerre des cerveaux », qui culminera avec la course à l'armement de la Guerre froide. Cette période est en effet celle qui a le plus compté sur les découvertes scientifiques, notamment la bombe atomique, puis la bombe à hydrogène. De nombreuses disciplines naissent d'abord dans le domaine militaire, telle la cryptographie informatique ou la bactériologie, pour la guerre biologique. Amy Dahan et Dominique Pestre[43] expliquent ainsi, à propos de cette période de recherches effrénées, qu'il s'agit d'un régime épistémologique particulier. Commentant leur livre, Loïc Petitgirard explique :

« Ce nouveau régime de science se caractérise par la multiplication des nouvelles pratiques et des relations toujours plus étroites entre science, État et société.»

[44]

La conception de ce qu'on nomme alors le complexe militaro-industriel apparaît, en lien très intime avec le politique[note 23].

Dès 1945, avec la constatation de la montée des tensions due à l'opposition des blocs capitalistes et communistes, la guerre devient en elle-même l'objet d'une science : la polémologie. Le sociologue français Gaston Bouthoul (1896-1980), dans « le Phénomène guerre », en fonde les principes.

Enfin, si la science est par définition neutre, elle reste l'affaire d'hommes, sujets aux idéologies dominantes. Ainsi, selon les sociologues relativistes Barry Barnes et David Bloor de l'Université d'Édimbourg, les théories sont d'abord acceptées au sein du pouvoir politique[note 24]. Une théorie s'imposerait alors non parce qu'elle est vraie mais parce qu'elle est défendue par les plus forts. En d'autres termes, la science serait, sinon une expression élitiste, une opinion majoritaire reconnue comme une vérité scientifique et le fait d'un groupe, ce que démontrent les travaux d'Harry Collins. La sociologie des sciences s'est ainsi beaucoup intéressée, dès les années 1970, à l'influence du contexte macro-social sur l'espace scientifique. Robert King Merton a montré, dans « Éléments de théorie et de méthode sociologique » (1965) les liens étroits entre le développement de la Royal Society de Londres, fondée en 1660, et l'éthique puritaine de ses acteurs. Pour lui, la vision du monde des protestants de l'époque a permis l'accroissement du champ scientifique.

Cienco e religio[redaktar | edit source]

Exquisite-kfind.png Videz anke: Relation entre science et religion.

Historiale, cienco e religio havas longe havabas parentigita. En "L'elementa formi di religiala vivo" (1912), Émile Durkheim montras ke la kadri di ciencala pensado kom logiko o la nocioni di tempo e spaco trovas lua origino en religiala e mitologikala pensadi.

Le non-recouvrement[redaktar | edit source]

La philosophie des sciences moderne a abouti à la nécessité pour la science et la religion de marquer leurs territoires. Shablono:Référence nécessaire. Selon ce principe, la pensée religieuse et la pensée scientifiques doivent poursuivre des buts différents pour cohabiter. La science explique le fonctionnement de l'univers (le « comment ») tandis que la religion propose des croyances qui donnent un sens à l'univers (le « pourquoi »). En grande partie, cette division est un corollaire du critère de réfutabilité de Karl Popper : la science propose des énoncés qui peuvent être mis à l'épreuve des faits, et doivent l'être pour être acceptés ou refusés. La religion propose des énoncés qui doivent être crus sans pouvoir être vérifiés.

Les conflits entre la science et la religion se produisent dès lors que l'une des deux prétend répondre à la question dévolue à l'autre.

Cette violation peut se produire dans les deux sens. La religion empiète sur la science quand des personnes prétendent déduire des textes religieux des informations sur le fonctionnement du monde. Le conflit de ce type le plus évident est celui du créationnisme face à la théorie de l'évolution. Scientifiquement, la création de l'ensemble des êtres vivants en six jours n'est pas tenable. Mais différents courants religieux radicaux défendent l'exactitude du récit de la Genèse (depuis, l'Église catholique, par exemple, a résolu la contradiction apparente en déclarant que ce récit est métaphorique, ce qui assure de ne pas empiéter sur le domaine scientifique).

L'autre cas de violation est celui où on extrapole à partir de données scientifiques une vision du monde tout à fait irréfutable (au sens de Popper), empiétant sur le domaine du religieux. Dans le cadre du non-recouvrement, les propositions scientifiques doivent rester compatibles avec toutes les positions religieuses qui cherchent à donner du sens à l'univers (sauf celles qui violent elles-mêmes la démarcation). Albert Einstein et Paul Dirac utilisent le concept de Dieu en commentant la physique quantique, mais les résultats qu'ils établissent ne dépendent pas de son existence.

Komuneso ciencala internacionala[redaktar | edit source]

Exquisite-kfind.png Videz anke: communauté scientifique.

De ciencisto a serchero[redaktar | edit source]

Si la science est avant tout une affaire de méthode, elle dépend aussi beaucoup du statut de ceux qui la font. L'ancêtre du chercheur reste, dans l'Antiquité, le scribe. Le terme de

« savant»

n'apparaît qu'au Shablono:XVIIe siècle ; se distinguant du clerc et de l'humaniste. Au Shablono:XIXe siècle cette figure s'estompe et laisse place à celle du

« scientifique universitaire»

et du

« chercheur spécialisé»

aux côtés desquels évoluent le

« chercheur industriel»

et le

« chercheur fonctionnaire»

. Aujourd'hui c'est la figure du

« chercheur entrepreneur»

qui domine selon les auteurs Yves Gingras, Peter Keating et Camille Limoges, dans leur « Du scribe au savant. Les porteurs du savoir, de l'Antiquité à la Révolution industrielle[note 25] ».

C'est la création d'institutions comme le Jardin royal des plantes médicinales ou l'Académie royale des sciences de Paris qui marquent l'avènement du statut de chercheur spécialisé au Shablono:XIXe siècle. Elles fournissent en effet des revenus et un cadre de recherche exceptionnels. C'est en Allemagne, avec Wilhelm von Humboldt, en 1809, que la recherche est affiliée aux Universités. Dès lors commence l'industrialisation de la production de chercheurs, qui accéléra la spécialisation du savoir. Depuis la Seconde Guerre mondiale, ce sont les instituts de recherche et les organismes gouvernementaux qui dominent, à travers la figure du chercheur fonctionnaire.

Les sociologues et anthropologues Bruno Latour[45], Steve Woolgar, Karin Knorr-Cetina ou encore Michael Lynch ont étudié l'espace scientifique, les laboratoires et les chercheurs. Latour s'est en particulier intéressé à la production du discours scientifique, qui semble suivre un processus de stabilisations progressives, ce qui permet aux énoncés d'acquérir de la crédibilité au fur et à mesure alors que Jean-François Sabouret et Paul Caro, dans « Chercher. Jours après jours, les aventuriers du savoir » présentent des portraits de chercheurs venant de tous les domaines et travaillant au quotidien[46]Shablono:,[47].

La komunesi ciencala[redaktar | edit source]

La communauté scientifique désigne, dans un sens assez large, l'ensemble des chercheurs et autres personnalités dont les travaux ont pour objet les sciences et la recherche scientifique, selon des méthodes scientifiques. Parfois cette expression se réduit à un domaine scientifique particulier : la communauté des astrophysiciens pour l'astrophysique, par exemple. La sociologie des sciences s'intéresse à cette communauté, à la façon dont elle fonctionne et s'inscrit dans la société.

Le physicien Hans Bethe recevant le prix Nobel en 1967, pour sa contribution à la théorie des réactions nucléaires.

On peut parler de

« société savante»

lorsqu'il s'agit d'une association d’érudits et de savants. Elle leur permet de se rencontrer, de partager, confronter et exposer le résultat de leurs recherches, de se confronter avec leurs pairs d'autres sociétés du même type ou du monde universitaire, spécialistes du même domaine, et le cas échéant, de diffuser leurs travaux via une revue, des conférences, séminaires, colloques, expositions et autres réunions scientifiques. Un congrès ou conférence scientifique est un événement qui vise à rassembler des chercheurs et ingénieurs d'un domaine pour faire état de leurs avancées. Cela permet également à des collègues géographiquement éloignés de nouer et d'entretenir des contacts. Les congrès se répètent généralement avec une périodicité fixée, le plus souvent annuelle.

La collaboration est de mise au sein de la communauté scientifique, en dépit de guerres internes et transnationales. Ainsi, l'outil du peer review (aussi appelé

« arbitrage»

dans certains domaines universitaires) consiste à soumettre l’ouvrage ou les idées d’un auteur à l’analyse de confrères experts en la matière, permettant par là aux chercheurs d’accéder au niveau requis par leur discipline en partageant leur travail avec une personne bénéficiant d’une maîtrise dans le domaine.

Serchado[redaktar | edit source]

Exquisite-kfind.png Videz anke: Recherche scientifique.
Le Fermilab, à Batavia près de Chicago.

Ciencala serchado designas en unesma okaziono l'ensemblo di agesi entraprezita por produktar e developar ciencala konoci. Per extensado metonimia, ciencala serchado designas anke la kadro sociala, ekonomikala, institucala e judiciala di ta agesi. En majoritato di landi spensanta serchado, lo esas institucuro integra, mem ministrala instanco (kom en Francia, ube lo partesas di ministerio di nacionala edukado e serchado) nam konstitucas avantajo geopolitikala e sociala importanta por lando.

Nobel-premio (uno existas por omna cienca diciplino promocita) rekompenso tale la ciencala distingita persono qua maxim kontributita, per sua serchado e to di sua esquadro, a developado di konoci.

"Ciencala studii" esas recenta kurento kolektanta studaji interdiciplina di cienci, en interseko di sociologio, antropologio, filozofio od ekonomiko. Ta diciplino okupas su precipue di cienco kom institucuro, orientizita la debato vers "sociala epistemologio".

Sociologio di feldo ciencala[redaktar | edit source]

Exquisite-kfind.png Videz anke: Sociologie des sciences.

La sociologie des sciences vise à comprendre les logiques d'ordre sociologique à l'œuvre dans la production des connaissances scientifiques[48]. Néanmoins, il s'agit d'une discipline encore récente et évoluant au sein de multiples positions épistémologiques ; Olivier Martin dit qu'« elle est loin de disposer d'un paradigme unique : c'est d'ailleurs une des raisons de sa vivacité»[49]. Dans les années 1960 et 1970, une grande part de ces études s’inscrivait dans le courant structuraliste. Mais, depuis le début des années 1980, les sciences sociales cherchent à dépasser l’étude de l’institution « science » pour aborder l’analyse du contenu scientifique. La sociologie du « champ scientifique», concept créé par Pierre Bourdieu, porte ainsi une attention particulière aux institutions scientifiques, au travail concret des chercheurs, à la structuration des communautés scientifiques, aux normes et règles guidant l'activité scientifique surtout. Il ne faut cependant pas la confondre avec l'étude des relations entre science et société, quand bien même ces relations peuvent être un objet d'étude des sociologues des sciences. Elle est en effet plus proche de l'épistémologie.

Le « père» de la sociologie des sciences est Robert K. Merton qui, le premier, vers 1940, considère la science comme une « structure sociale normée» formant un ensemble qu'il appelle l'« èthos de la science» (les principes moraux dirigeant le savant) et dont les règles sont censées guider les pratiques des individus et assurer à la communauté son autonomie (Merton la dit égalitaire, libérale et démocratique). Dans un article de 1942, intitulé The Normative Structure of Science, il cite quatre normes régissant la sociologie de la science : l'universalisme, le communalisme, le désintéressement, le scepticisme organisé. Ce que cherche Merton, c'est analyser les conditions de production de discours scientifiques, alors que d'autres sociologues, après lui, vont viser à expliquer sociologiquement le contenu de la science. Pierre Duhem s'attacha lui à analyser le champ scientifique du point de vue constructiviste. À la suite des travaux de Thomas Samuel Kuhn, les sociologues dénoncèrent la distinction portant sur la méthode mise en œuvre et firent porter leurs investigations sur le processus de production des connaissances lui-même.

Si la philosophie des sciences se fonde en grande partie sur le discours et la démonstration scientifique d'une part, sur son historicité d'autre part, pour Ian Hacking, elle doit étudier aussi le style du laboratoire. Dans « Concevoir et expérimenter », il estime que la philosophie des sciences, loin de se cantonner aux théories qui représentent le monde, doit aussi analyser les pratiques scientifiques qui le transforment. Le sociologue américain Joseph Ben David a ainsi étudié la sociologie de la connaissance (« sociology of scientific knowledge ») dans ses « Éléments d'une sociologie historique des sciences » (1997).

Applications, inventions, innovations et économie de la science[redaktar | edit source]

Exquisite-kfind.png Videz anke: Innovation.
Le domaine de l'informatique est particulièrement concerné par les innovations. Ici, une puce informatique.

L’

« application»

d’une science à une autre est l'usage qu’on fait des principes ou des procédés d’une science pour étendre et perfectionner une autre science. L'

« invention»

est d'abord une méthode, une technique, un moyen nouveau par lequel il est possible de résoudre un problème pratique donné. Le concept est très proche de celui d'une innovation. Par exemple, Alastair Pilkington a inventé le procédé de fabrication du verre plat sur bain d'étain dont on dit qu'il s'agit d'une innovation technologique majeure.

Une

« innovation»

se distingue d'une invention ou d'une découverte dans la mesure où elle s'inscrit dans une perspective applicative. L'une et l'autre posent des enjeux majeurs à l'économie. Dans les pays développés, les guerres économiques reposent sur la capacité à prévoir, gérer, susciter et conserver les applications et les innovations, par le brevet notamment.

Pour les économistes classiques, l'innovation est réputée être l'un des moyens d'acquérir un avantage compétitif en répondant aux besoins du marché et à la stratégie d'entreprise. Innover, c'est par exemple être plus efficient, et/ou créer de nouveaux produits ou service, ou de nouveaux moyens d'y accéder[note 26].

Ce sont tout d'abord les sociologues de la science Norman Storer et Warren Hagstrom, aux États-Unis, puis Gérard Lemaine et Benjamin Matalon en France, qui proposent une grille de lecture pour le champ économique des disciplines scientifiques. Ils envisagent en effet la science comme un système d'échange semblable à un marché sauf que la nature des biens échangés est du domaine du savoir et de la connaissance. Il y existe même une sorte de loi de la concurrence car si le scientifique ne publie pas, il ne peut prétendre voir ses fonds de recherche être reconduits l'année suivante. Cet esprit de compétition, selon Olivier Martin

« stimule les chercheurs et constitue le moteur de la science»

[50]. Mais c'est surtout le sociologue Pierre Bourdieu qui a su analyser l'économie du champ scientifique. Dans son article intitulé « le champ scientifique », dans les Actes de la recherche en sciences sociales[51], il indique que la science obéit aux lois du marché économique sauf que le capital est dit « symbolique » (ce sont les titres, les diplômes, les postes ou les subventions par exemple). Par ailleurs, ce capital symbolique dépend de l'intérêt général et institutionnel : ainsi toutes les recherches se valent mais les plus en vue sont favorisées. Enfin, le milieu scientifique est dominé par des relations de pouvoir, politique et communautaire.

Videz anke[redaktar | edit source]

Referi[redaktar | edit source]

Wikipedio
Wikivortaro explikas
ca rubriko
en altra lingui: Cienco
  1. "The Origins of Science". Scientific American Frontiers.
  2. "Galileo and the Birth of Modern Science, by Stephen Hawking, American Heritage's Invention & Technology, Spring 2009, Vol. 24, No. 1, p. 36
  3. Robert Blanché e Jacques Dubucs, La logique et son histoire : d'Aristote à Bertrand Russell, Paris, Armand Colin, 1996.
  4. Jean Ladrière dit ainsi :
    « 'Il n'y a pas un critère absolu de validité, posé une fois pour toutes, mais une sorte d'épuration progressive des critères, qui va de pair avec l'extension du champ mathématique et la découverte des domaines nouveaux»
    , in Encyclopædia Universalis, Tome 21, Entrée
    « Sciences - Sciences et discours rationnel»
    , p. 775.
  5. Shablono:Harvsp.
  6. Entrée
    « Scientificité»
    , dans le Trésor de la Langue Française Informatisée.
  7. Science, valeur et rationalité, Éditions de l’Université d’Ottawa, Coll. Sciences Sociales, 1984, p. 15.
  8. Shablono:Harvsp.
  9. Chauviré, Christiane. « Peirce, Popper, Abduction, and the Idea of a Logic of Discovery ». Semiotica. Volume 2005, Issue 153 - 1/4, Pages 209–222.
  10. Jean-Pierre Changeux, Raison et plaisir, Odile Jacob, 1994.
  11. Définition de simulation dans le Trésor de la Langue Française Informatisée.
  12. Shablono:Harvsp
  13. Shablono:Harvsp
  14. Cité par le professeur des universités Jean-Louis Le Moigne dans Les Épistémologies Constructivistes, PUF, coll. Que sais-je ?, 1995, (ISBN 2130606814), p. 3. Piaget utilise cette expression dans l'introduction de Logique et connaissance scientifique, 1967.
  15. Shablono:Harvsp.
  16. Steven Weinberg, Le Rêve d'une théorie ultime, 1997, Odile Jacob.
  17. C.G.J. Jacobi, letter to Legendre, July 2, 1830, in Gesammelte Werke, Vol. I, Berlin (1881), p. 454.
  18. Shablono:Harvsp
  19. Shablono:Harvsp
  20. Enquête sur l'entendement humain, sections IV et V.
  21. Shablono:Harvsp
  22. Cours de philosophie positive, Shablono:Ire leçon, p. 22.
  23. Ernest Mach, La Mécanique, exposé historique et critique de son développement, Paris, Hermann, 1904.
  24. Mach, opcit, p. 113
  25. Shablono:Harvsp.
  26. Jean-Louis Le Moigne, Le Constructivisme, tome 1.
  27. Ian Hacking cité dans Shablono:Harvsp.
  28. Shablono:Ouvrage
  29. Shablono:Harvsp
  30. G.L Bruno avait postulé et prouvé le pluralisme des mondes possibles, c'est-à-dire l'existence d'autres terres dans l'univers, notamment avec son ouvrage De l’infinito universo et Mondi (De l’infini, l'univers et les mondes).
  31. Karl Popper, Les deux problèmes fondamentaux de la théorie de la connaissance, Édition Hermann, Paris, 1999, p. 421–422
  32. Entrée « Technique », dans le 'Trésor Informatisé de la Langue Française.
  33. Shablono:Harvsp
  34. Rapport d'information Shablono:N° auprès du Sénat (2002-2003) intitulé La diffusion de la culture scientifique.
  35. Réunion des CCSTI
  36. Charte nationale des Centres de Culture Scientifique, Technique et Industrielle
  37. Site de l'Exploratorium
  38. Bernard Schiele, Les territoires de la culture scientifique, Presses Universitaires de Montréal, 2003.
  39. Shablono:Lien web.
  40. Robert Nadeau et Jacques Désautels, dans Épistémologie et Didactique des sciences en donnent la synthèse. il s'agissait d'une étude statistique et qualitative menée au Canada.]
  41. Robert Nadeau, « Contre le scientisme. Pour l’ouverture d’un nouveau front », revue Philosophiques, XIII (2), 1986.
  42. « Aujourd'hui la science est prédominante, non à cause de ses mérites comparatifs, mais parce que le spectacle a été truqué en sa faveur. [...] La supériorité de la science n'est pas le résultat de la recherche, ni de la discussion, c'est le résultat de pressions politiques, institutionnelles et même militaires. », dans Paul Feyerabend, Science in a free society, 1978; London, Verso, 1982, p. 102.
  43. Shablono:Harvsp
  44. Shablono:Harvsp
  45. Shablono:Harvsp
  46. Jean-François Sabouret et Paul Caro, Chercher. Jours après jours, les aventuriers du savoir, Autrement 2000
  47. Voir aussi Georges Chapouthier, Qu’est-ce qu’un biologiste aujourd’hui ?, Pour la Science, 2008, 366, p. 30-33
  48. Shablono:Harvsp.
  49. Olivier Martin, maître de conférence en sociologie à la Sorbonne, citée dans
    « La construction sociale des sciences»
    , in magazine Sciences Humaines, hors-série, Histoire et philosophie des sciences', Shablono:N°, décembre-janvier 2000-2001, p. 36.
  50. Olivier Martin, maître de conférence en sociologie à la Sorbonne, citée dans
    « La construction sociale des sciences»
    , in magazine Sciences Humaines, hors-série, Histoire et philosophie des sciences', Shablono:N°, décembre-janvier 2000-2001, p. 37.
  51. Actes de la recherche en sciences sociales, Shablono:N°/3, 1976, Shablono:Pp.88-104, consultable en ligne.


Citala eroro: <ref> tags exist for a group named "note", but no corresponding <references group="note"/> tag was found, or a closing </ref> is missing